Un siècle est passé

Depuis que tu es née

Cent bougies qu’on devait souffler

En ce jour si particulier

 

Un siècle est passé

Chagrins et bonheurs

De l’un à l’autre basculait ton cœur

Emotions, rires et pleurs

Cent années qu’aujourd’hui on devait fêter

 

Un siècle est passé

Hier encore tu étais là

Assise sur ton fauteuil juste devant moi

Actrice folle de tes jeunes années

Devenue sage et expérimentée

Tu racontais si bien ton bonheur

Cachant à tous les peurs de ton cœur

 

Plus de six mois sont passés

Chère arrière-grand-mère aimée

Aujourd’hui encore coulent les larmes

Entremêlées de souvenirs pleins de charmes

Tu n’es plus là pour souffler tes bougies

Mais dans mon cœur brûle la flamme

Fière d’être de ton sang et de ton âme